JACQUES VILET
Le bord du jour
2019
 

Je me trouvais, sans l’avoir prévu, sur les terres natales de Caspar David Friedrich. Je retrouvais les objets et les décors que jusqu’à présent j’avais attribués à l’imaginaire de l’artiste : la torsion des branches, la forme des rochers enchevêtrés... 

J’ai compris que je me dotais d’une puissance imaginante sur ce lieu : je me mettais à regarder comme les peintres romantiques allemands, sans bien savoir qui ils étaient. 

Me voilà entré, comme photographe, dans l’univers de ces peintres romantiques. La logique interne de la photographie présente le paysage sous une autre forme que la peinture, mais le peintre n’a pas tout imaginé comme on pourrait le penser. Cela atteste que l’imagination est aussi dans le regard et surtout dans le regard. Nous regardons parce que nous imaginons. 

Nous imaginons puis nous faisons des images.

Jacques Vilet